Bonjour et bienvenue dans La Bulle ! le forum est en mode privé ,donc pour avoir accès a toutes les sections enregistrer vous !!



 
AccueilAccueil  portailportail   Quoi de neuf ?  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur la bulle ,pensez a faire votre présentation et a signer les regles , baladez vous ,découvrez la bulle ,et amusez vous bien !
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 15 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 15 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 367 le Mar 11 Avr - 17:11
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partager sur Facebook
Like/Tweet/+1

Partagez | 
 

 Pourquoi il ne faut pas donner au teléthon et encourager les recherches arnarques médicale !

Aller en bas 
AuteurMessage
gigicats
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 1573
Date d'inscription : 26/05/2012
Age : 40
Localisation : Devant un LG

MessageSujet: Pourquoi il ne faut pas donner au teléthon et encourager les recherches arnarques médicale !   Sam 8 Déc - 1:06

le telethon est un marché du fric pour augmenter les tests sur les
animaux alors que les méthodes substitutives marche bcp mieux et c'est
prouvé !!
la vivisection est une affaire d'argent et d'engraissement de nos maires et élus et le telethon en est une pub !

Qu’est-ce qu’une méthode substitutive ?
Il s’agit d’une méthode expérimentale qui ne recourt pas à
l’animal vivant. Les méthodes substitutives –appelées aussi
alternatives- utilisent, entre autres, des cultures cellulaires ou
tissulaires humaines et des modèles informatiques. Les spectaculaires
progrès enregistrés dans leurs développements, permettent maintenant aux
scientifiques d’étudier certaines pathologies humaines sur du
matériel humain, en remplacement des animaux. Des méthodes
substitutives sont également employées dans l’enseignement, pour la
formation des chirurgiens ou des étudiants en biologie et médecine.

on attend toujours :







21 novembre 2012 - Parlement européen









Le commissaire européen Tonio Borg favorable au maintien de l’interdiction des tests sur animaux pour les cosmétiques
Tonio Borg a été élu ce jour au poste de commissaire européen en charge de la Santé et de la
Politique des consommateurs avec 386 votes pour, 281 contre et 28
abstentions. Tonio Borg occupait ce poste par intérim depuis la
démission de John Dalli le 16 octobre 2012, impliqué dans une affaire de
corruption liée à l'industrie du tabac.
Questionné par les membres du Parlement européen,
concernant l’interdiction dès 2013 des tests sur animaux pour les
cosmétiques, Tonio Borg déclarait le 13 novembre passé être favorable à
cette interdiction. Car sans y être contrainte, l’industrie ne fera
pas les efforts nécessaires pour développer les méthodes
substitutives, permettant de remplacer les trois derniers tests de
toxicité encore autorisés. Tonio Borg assurait encore que, s’il était
élu au poste de commissaire européen en charge par de la Santé et de
la Politique des consommateurs, la date butoir de 2013 pour la fin des
tests serait maintenue.


donc je serai contre le telethon cette année !

ceci est mon avis ,mais n'oublier pas que sur les tests fait sur les animaux et si publicité par des telethons et autres !


Le Dr Richard Klausner, ancien directeur de l’Institut National du
Cancer aux Etats-unis regrette : " L’histoire de la recherche sur le
cancer se résume à chercher un traitement du cancer chez la souris. Nous
soignons des souris depuis des dizaines d’années, mais ça ne marche
tout simplement pas chez l’homme. " L’Institut National du Cancer pense
que nous sommes passés à côtés de certains traitements car ils ne
fonctionnaient pas chez les souris.

La fumée de cigarette, l’amiante, l’arsenic, le benzène, l’alcool et
les fibres de verre sont tous surs à la consommation, selon les études
animales.

Sur 22 médicaments ayant permis de soigner les blessures de la moelle
épinière chez les animaux, une seule est efficace chez l’homme.

Sur 20 composés connus pour être cancérigènes chez l’homme, 19 sont à l’origine de cancers chez les animaux.


le vioxx j'en ai pris longtemps et pourtant il était testé !
Le Vioxx, un anti-inflammatoire non stéroïdien , retiré du marché en
septembre 2004, semblait sûr et même profitable pour le cœur des
animaux, mais a provoqué 140,000 crises cardiaques et accidents
vasculaires cérébraux rien qu’aux Etats-Unis. Le directeur associé de la
sécurité au sein de la FDA (Food Drug Administration a décrit le
phénomène comme " la plus grande catastrophe pharmaceutique de
l’histoire".

Les effets indésirables tuent plus de 10 000 personnes chaque année au Royaume-Uni,

donc stop a la vivisection qui ne sert d'une a rien et tuent d'innocent animaux!
les conditions de ces animaux est un inhumain !

"Benoxaprofen (Benoxaprofène) : Testé avec succès sur les animaux" (Affiche : association Doctors Against Animal Testing)


methode substitutive qui elle fonctionne :
Code:

Code:




Code:
http://www.stopvivisection.info/spip.php?article9
a lire :


Témoignage d’un technicien animalier dans un laboratoire - (1er partie)

Code:



Code:
http://www.stopvivisection.info/spip.php?article52


Témoignage d’un technicien animalier dans un laboratoire - (2eme partie)

Code:



Code:
http://www.stopvivisection.info/spip.php?article75
Une espèce animale ne peut être un modèle pour aucune autre
espèce, et seulement un jugement superficiel peut être contenté par des
similarités morphologiques de types : le chien, comme l’humain, a une
tête, deux yeux, un foie, un cœur... Nous différons sur le niveau cellulaire et moléculaire et, c’est important, car c’est à ces niveaux que la maladie se produit.
Chaque espèce a des réactions biologiques déterminées par son patrimoine génétique,
qui est unique. Elle a donc sa propre façon de réagir face à une
substance donnée. Il est par conséquent impossible, à partir d’études
sur une espèce animale quelconque, quel que soit le nombre et la variété
des espèces, quel que soit le nombre des individus sacrifiés, d’avoir
ne serait-ce qu’une vague idée, donc, un minimum d’assurance, de la
réaction humaine à cette même substance.
Selon Robert Koch, prix Nobel de médecine pour son vaccin Tuberculine,
qui se révéla être, plus tard, susceptible de provoquer la
tuberculose chez les humains, au lieu de la guérir comme chez les
cobayes : "Une expérience sur un animal ne donne pas d’indications
sûres pour un être humain."
Le germe qui provoque une maladie chez l’homme ne reproduit jamais une maladie identique
chez les animaux : les animaux ne peuvent pas être infectés par nos
choléra, typhus, fièvre jaune, lèpre, peste bubonique, grippes...On
peut parfois rendre malade un singe en lui inoculant notre syphilis ou
notre tuberculose, mais sa maladie ne sera pas identique à la nôtre
et il ne réagira pas comme nous aux traitements.
La raison qui explique pourquoi les rongeurs (particulièrement le rat
albinos) sont les animaux les plus massivement utilisés dans les
laboratoires (2/3 du nombre total des animaux utilisés) est d’ordre pratique et économique,
bien loin de toutes considérations scientifiques. En effet, les
souris, rats, cochons d’Inde et autres lapins sont très "commodes" car :

Ils ne prennent pas de place (leur cage est petite, plusieurs animaux peuvent y être mis...).
Ils ne coûtent pas cher (comparativement à d’autres espèces comme les singes).
Ils ont une alimentation omnivore.
Le temps de gestation est très court.
Ils sont dociles et se manie facilement.
Par conséquent, les animaux choisis pour les expérimentations ne le
sont pas parce qu’ils ont des caractéristiques morphologiques,
physiologiques et biochimiques similaires au genre humain mais parce
qu’ils sont petits, faciles à attraper et pas chers !




Aucune des innombrables expériences sur animaux a réussi à démontrer
le lien entre tabagisme et cancer du poumon (Lancet, 25 juin 1977). Ce
qui fut pendant des années un fantastique alibi pour l’industrie du
tabac : "Si les animaux n’ont pas de cancer par le tabac, alors il n’y a
pas de preuve que le tabac cause le cancer". Voici une liste non
exhaustive qui démontre que selon les espèces, les animaux (humains
inclus) n’ont pas le même métabolisme :


La pénicilline tue les cochons d’Inde mais pas les souris.

La strychnine est sans danger pour les singes et les cochons d’Inde, mais tue les humains.

Une dose de belladone mortelle pour les humains est inoffensive aux lapins et chèvres.

Le calomel n’influence pas la sécrétion biliaire des chiens alors qu’il peut la tripler chez l’humain.

Une dose d’opium mortelle pour un humain est sans danger pour un chien et un poulet.

Le datura et la jusquiame sont mortels pour l’homme mais sans danger pour un escargot.

L’amanite phalloïde champignon mortel pour les humains, est sans danger pour les lapins.

L’arsenic, poison mortel pour les humains, est sans danger pour les moutons.

Le Cyanure de potassium, mortel pour l’homme, est inoffensif pour le hibou.


La morphine calme et anesthésie l’humain , surexcite le chat, alors
que les chiens supportent des doses jusqu’à 20 fois supérieures à
celles qui sont supportées par l’homme.


Le propranolol (Inderal) le premier bêtabloquant (traitement contre
l’hypertension) est toléré chez les humains, mais provoque des lésions
cardiaques chez certains animaux.


La digitaline, qui traite les cardiopathies humaines, augmente la
pression artérielle chez les chiens, mais l’a fait descendre chez les
hommes.

La caféine est tératogène (malformation du fœtus) chez le rat et la souris mais pas chez le lapin.

Le benzène provoque le cancer chez les humains mais pas chez les souris.


Des études conduites sur des rats et des souris ont montré que 46 %
des produits chimiques cancérigènes pour les rats ne l’étaient pas pour
les souris.


Le chien, le rat, la souris et le hamster n’ont pas besoin de
vitamine C dans leur alimentation car leur propre corps produit cette
vitamine. Par contre la vitamine C est indispensable dans
l’alimentation d’un humain et d’un cochon d’inde (autre rongeur) pour
ne pas mourir de scorbut.


Les souris et les rats obtiennent de la vitamine D en se léchant leur
propre pelage, tandis que les humains l’obtiennent par leur
alimentation ou le soleil.


Les substances chimiques ne sont pas métabolisées et éliminées au
même taux selon les espèces. Certains médicaments, que les rats
peuvent éliminer de leur corps en environ 3 heures (réduit ainsi le
risque de toxicité), peuvent mettre jusqu’à 72 heures pour être
éliminés chez les humains. Si la meperidine est métabolisée chez
l’humain à un taux d’environ 17 % par heure, pour le chien le taux
passe à près de 90 % par heure.


Les rats n’ont pas de vésicule biliaire. Ils excrètent de la bile
très efficacement. Beaucoup de médicaments sont excrétés via la bile
donc cela affecte la moitié de la vie d’un médicament.


L’aspirine (utilisé pour la prévention des attaques cardiaques et
cérébrales...) est tératogène chez le rat, souris, cochon d’inde,
certains singes, chat, chien, mais pas chez l’humain.

L’insuline est tératogène chez le poulet, lapin et la souris mais pas chez l’humain.


Le chloroforme est toxique chez les chiens, tandis que les souris
femelles le métabolise 10 fois plus lentement que les souris mâles.

La pénicilline (antibiotique) tue les cochons d’inde et les hamsters et est tératogène chez les rats.

Un régime contenant peu de calories est bon pour des humains, mais aggrave l’artériosclérose naturelle chez des lapins.


Les rats et les souris ont besoin de 3 fois et demi de plus de
protéines (relatif à leur poids) que les humains. L’excès de protéines
chez les humains est responsable de dommages au niveau des reins.


Les rats, les souris, les lapins et les chevaux n’ont pas de réflexe
de vomissements à la différence des humains, des chats et des chiens.


Une alimentation hyper lipidique ne cause pas d’artériosclérose chez
le rat, comme elle le fait chez l’humain. Chez le rat, les lipides
donnés en excès s’accumulent principalement dans le foie, chez les
humains principalement dans les artères.


Une grossesse continuelle est saine pour des rongeurs, mais pas chez
les femmes, il mène à l’épuisement nutritif et à la maladie.


Le chrome a été prouvé cancérigène pour les humains (études
épidémiologiques sur des travailleurs dans des teintureries atteints de
cancer de la vessie), il ne l’a jamais été pour les animaux.


Des expérimentations animales conclurent que l’acide folique serait
bénéfique aux patients atteints de cancer. Les résultats furent
désastreux, le cancer se mit à empirer.


Des études cliniques ont démontré que les femmes enceintes exposées
aux rayons X avaient des enfants atteints de cancers, tandis que les
effets de la radiation sur des femelles quadrupèdes ne produisent pas
de cancers chez leurs petits.


Les animaux utilisés en recherche médicale sont spécialement élevés
pour des études en laboratoire. Ils vivent dans un environnement
stérile et contrôlé. La plupart des affections dont ils sont atteints
ont été artificiellement créés par les laboratoires. Les gens, par
contre, développent des maladies spontanément et vivent dans un
environnent varié non stérile et contrôlé.

Selon l’éditorial du New Scientist, du 31 août 1996 : "Si vous
voulez développer des médicaments pour traiter des maladies humaines,
alors les sujets idéaux sont, naturellement, des gens. Aucun autre
animal ne partage toute notre biochimie, donc nous ne pouvons jamais
être sûrs qu’un médicament qui marche sur des animaux, marchera
également sur nous."

Pour juger de la toxicité d’un médicament, on doit toujours prendre
en compte la relation entre la dose du médicament et le poids corporel
de l’animal. Le chat (poids environ 4 kg) tolère sans aucun effet
toxique évident, 100 mg de scopolamine, ce qui est l’équivalent de 25 mg
par kg de poids corporel. C’est l’équivalent à une dose approximative
de 1.800 mg pour un humain (poids moyen 70 kg), ce qui est en fait
360 fois la dose qu’un humain peut tolérer.
Des tests LD 50 (LD pour Lethal Dose : dose mortelle, trouver la dose
mortelle qui tue 50 % des animaux testés afin de déterminer les
limites de sécurité d’un médicament, selon les vivisecteurs) conduits
sur des rats l’après-midi les tua tous, pour ceux conduits le matin,
tous survécurent. Des tests conduits en hiver, le taux de survie était
le double de ceux conduits en été. Quand des substances toxiques
étaient administrées à des souris surpeuplées dans des cages, presque
toutes moururent, tandis que toutes les souris survécurent aux mêmes
substances dans des conditions normales dans les cages. Comment
peut-on deviner la dose correcte pour les humains ? Comment peut-on
même vouloir la donner aux humains ?


Différentes litières peuvent provoquer différentes réactions : par
exemple la sciure de bois de santal provoqua des maladies dont le cancer
du sein sur 2 variétés de souris ; les 2 mêmes variétés de souris
(C3H-A et C3H-AFB) vivant sur une litière faite de sciure de bois de pin
noir ne tombèrent pas malades.
Il existe encore de nombreuses autres variances dans les conditions
environnementales qui peuvent modifier le résultat d’une expérience : Le
fait qu’un rat soit isolé dans une cage ou soit avec d’autres
compagnons, la température du laboratoire, la nourriture, l’eau...
Quelle est donc cette sorte de "science," que cela ? Et l’on nous
demande de mettre notre foi et confiance dans la fiabilité et
l’efficacité de ces prétendus "tests de sécurité" pour notre cosmétique
et médecine !

Le cas de la thalidomide est un constant débat entre
anti-vivisectionnistes et vivisectionnistes. Pour les
anti-vivisectionnistes, la tragédie provoquée par ce médicament (plus de
10.000 enfants sont nés avec de sévères malformations) arriva malgré
les expériences données sur les animaux (l’utilisation de tests sur
tissus humains in vitro aurait averti du désastre). Les
vivisectionnistes, par contre, maintiennent que cela est arrivé parce
que, pas assez d’expériences sur animaux avaient été faites (10 variétés
de rats, 15 de souris, 11 de lapins, 3 de hamsters, 2 de chiens, 8 de
singes...furent pourtant testés). Depuis lors, encore plus d’espèces
différentes d’animaux sont utilisées avec des tests tératogènes
systématiques (savoir si le fœtus se développe normalement).
Cependant, si tous les médicaments étaient essayés sur un large
nombre d’espèces animales, tôt ou tard tous ces médicaments devraient
être écartés
. Nous devrions écarter l’aspirine qui est tératogène
pour les souris, cochons et certains singes. La caféine qui est
tératogène chez le rat et la souris ; la cortisone tératogène chez la
souris et le lapin, la pénicilline tératogène chez le rat. À chaque fois
qu’un médicament est testé, on trouve toujours au moins une espèce pour qui des dommages se sont produits.


La Thalidomide est toujours sur le marché. Elle apparaît être
efficace pour le traitement de formes sévères d’acné. Comment ces effets
inattendus ont été identifiés ? Pas avec les animaux de laboratoire,
puisqu’ils ne souffrent pas de ce type de maladie.
Dans l’espèce humaine, il existe également des millions de variantes
selon : l’âge du patient, si c’est un homme ou une femme, son style de
vie, son patrimoine génétique...Des scientifiques ont remarqué que le
seul modèle précis pour notre propre maladie et son traitement le plus
efficace, c’est nous-même.
Si chaque personne répond différemment à une maladie et une
médication, alors imaginons la variabilité chez les animaux en
comparaison aux humains. Puis multiplions ces complications par des
millions quand on essaye d’extrapoler ces informations d’une espèce à
une autre.


j'ai une maladie cousine a la sclérose en plaque ,je vis avec ,je souffre et je lutte !

je ne suis pas contre le télethon mais pour ou va les sous des dons !
qu'ils aillent pour des méthodes substitutive qui fonctionne et là je serai heureuse !
sinon c'est de l'arnaque point barre!
Revenir en haut Aller en bas
http://mabulle.lebonforum.com
Manou

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 50
Localisation : Moselle cité thermale

MessageSujet: Re: Pourquoi il ne faut pas donner au teléthon et encourager les recherches arnarques médicale !   Sam 8 Déc - 18:07

Je te rejoins sur le point que le TELETHON n'est qu'une vaste arnaque populaire qu'on nous fait bouffer tous les ans à la meme periode.

IL EST QUASI CERTAIN qu'il y a des magouilles d'ordre financier derriere ce projet et que nomberux s'en mettent plein les fouilles grace à la générosité des gens concernés par la cause.

Alors on aura beau tendre le voile du bien etre des malades, des guérisons à venir pour les maladies orphelines tout ceci n'est que poudre aux yeux et liquidités engrangées par les metteurs en scene du téléthon.

IL EST GRAND TEMPS QUE NOUS NOUS REVEILLIONS ET ARRETIONS DE NOUS CONDUIRE COMME DE VULGAIRES MOUTONS
Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi il ne faut pas donner au teléthon et encourager les recherches arnarques médicale !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi il ne faut pas acheter une tablette tout de suite .
» ANGLE DE PIQUEUR
» Verification comptes Paypal
» Attention a l'eau en Bouteille
» Alphonse de Lamartine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bulle de Vie Quotidienne et vie pratique. :: Actualité du monde .-
Sauter vers: